Françoise Buffat


Biographie

Née à Strasbourg dans une famille de tanneurs de la Petite France, Françoise Buffat a connu la guerre, l’exode, le refuge salutaire en Suisse, le retour en Alsace sinistrée. Après des études de sciences politiques, d’abord à Strasbourg, puis à Genève auprès de Denis de Rougemont, elle choisit de vivre en Suisse pour l’esprit de liberté qu’elle y respire.

Passionnée d’écriture, elle devient journaliste et chef du service politique du Journal de Genève où elle se distingue par sa plume libertine, excellant aussi bien dans le commentaire politique que dans le billet d’humeur et d’humour. Réputée faire et défaire les carrières, la Buffat devient la 8ème conseillère d’Etat de la République de Genève.

A passé 60 ans elle publie son premier roman, Le Violon d’Henri écrit, dit-elle, sous l’empire de la nécessité, après avoir entendu l’histoire du violon d’un oncle déporté à Auschwitz avec son père, son épouse, et le bébé qui leur était né à Drancy. Ils étaient tous morts, mais le violon revivait sous les doigts d’une adolescente qui l’avait gagné à un concours musical.

Dès lors, les dés sont jetés ! Elle allait continuer à écrire, publiant pratiquement un livre par année. Des livres plutôt baroques, des parcours identitaires mêlant psychanalyse, musique, aventures et quêtes mystiques, telle cette héroïne de Justine au Miroir violet, qui se fait envouter par un tableau découvert au Kunsthaus de Zurich.

D’autres livres sont plus portés sur la psychologie, tel La Mal Aimée, portrait d’un Don Juan d’aujourd’hui, qui entraîne le lecteur au coeur de ce malentendu fondamental entre le séducteur et sa victime. Et cette Greffe miraculeuse, tableau de mœurs d’une grande famille de banquiers privés genevois avec, en toile de fond, le retable de Konrad Witz, Jésus marchant sur les eaux du Léman, ses brumes nacrées, ses brouillards pâles, et ces formidables embrasements quand le couchant met le feu au lac.

Son dernier roman historique, l’épopée de la sublime Judith reine de Narbonne, exhume de l’oubli les deux royaumes juifs qui rayonnaient au temps de Charlemagne, le royaume de Narbonne et celui des Khazars, et leur contribution au façonnage géopolitique de l’Occident.

Ses ouvrages ont valu à leur auteur de nombreuses distinctions littéraires, en France surtout, mais pas suffisamment prestigieuses pour que nos médias en fassent état. Ayant été une journaliste célèbre, constamment sous les feux de la rampe, Françoise Buffat, devenue romancière, n’a pas cherché à faire feu de tout bois pour briller dans la République des arts et des lettres.


Publications

1998  Suisses et Juifs, portraits et témoignages, Favre, Lausanne
2001  Le Violon d’Henri, roman, L’Harmattan, Paris
2002  Justine au Miroir violet, roman, Slatkine
2003  La Greffe Miraculeuse, roman, Slatkine
2004  Parlez-moi d’Amour, seize nouvelles, Slatkine
2004  Ursula Malbine, Slatkine
2004 Cendrillon chez les Coupeurs de têtes, comédie en 4 actes
2005  La Mal-aimée, portrait d’un Don Juan d’aujourd’hui,roman, Slatkine
2006  Le Retour de Compostelle et autres nouvelles, Slatkine

2006  Jaques Vernet, Un homme d’Etat au service de sa République (contributions)

2008  Judith reine de Narbonne, roman, Slatkine

Extraits de texte de l’auteur

Justine au Miroir violet – Extrait

Télécharger

La Greffe miraculeuse – Extrait

Télécharger