Bruno Mercier


Biographie

Bruno MERCIER, poète suisse (Lausanne), humaniste et engagé, est né à Orléans (France) en 1957. Son œuvre, une douzaine de livres de poésie, des traductions de l’allemand en français, la collaboration à de nombreuses anthologies et revues poétiques et deux disques compacts, tente de surprendre la face cachée des gens et des choses.

Le poète s’exprime sur scène (Lausanne, Soleure, Berne) accompagné de musiciens. La musique (Pierre Diaz), la peinture (Kalid Tofik, Dea Foutayeni, Bernard Völlmy, Danièle Sandoz, Jacqueline Chave-Waridel) et les voyages restent la source de son inspiration.

Il s’engage pour la paix en Irak, en faveur de la Palestine et de l’écologie.

Le poète se réfère dans son œuvre à l’esprit de la charte de l’Unesco, qu’il adopte comme philosophie de vie :
– soutenir la diversité des langues à travers l’expression poétique
– Participer à l’élimination de la discrimination raciale
– Promouvoir le rétablissement du dialogue entre la poésie et les autres arts tels que le théâtre,
la danse, la musique, mais aussi la peinture, … avec les thèmes d’actualité comme la culture de la paix, la non-violence, la tolérance.

Bruno a reçu de nombreuses distinctions :
Médaille de bronze Arts-Sciences-Lettres, Paris 2011
Médaille de bronze de la Société d’Encouragement Au Bien de Paris 2010
Médaille de bronze de la Renaissance française de Paris, pour les lettres, 2010
Médaille de bronze du Mérite et dévouement français 2010
Médaille d’argent de la Société d’Encouragement au Progrès 2010

Il eest également membre de : Association Vaudoise des Ecrivains (A.V.E.), Société Genevoise des Ecrivains, Centre Européen des Arts et des Lettres, Académie Européenne des Arts, Société des Poètes Français, Poètes sans frontières, Pro Litteris.

Coordonnées de l’auteur :

www.bmercier.ch
brmercier@bluewin.ch


Focus sur…

Et tu voudrais que je me domine !
Cd de poésies et musiques.

Pierre Diaz (Montpellier), saxophoniste, musicien compositeur, accompagne des poèmes sur le Maroc, l’Afrique, le Mali et bien d’autres encore.

Publications

Air Lumière, poèmes, Ed. à la Carte, 2001
Eau Lumière, poèmes, Ed. à la Carte, 2002
Feu Lumière, poèmes, Ed. à la Carte, 2002
Terre Lumière, poèmes, Ed. à la Carte, 2003
Impressions d’Ailleurs, CD poésie et musique, D’Ici Records 2003
e-mages satellites, peinture et poésie, bilingue français / allemand Ed. à la Carte, 2005
Lune de Léman, CD poésie et musique, D’Ici Records, 2005
Passion du Tigre, poèmes, Ed. «Les Infréquentables», Maroc, 2006 français – arabe
Pigeons de Romandie, poèmes, Ed. à la Carte, automne 2006
Les trois salopards, Ed. Les Infréquentables, Maroc, 2007 français – arabe
Vapeurs de sodium, Ed. à la Carte, 2007 Marais du sud, poèmes, Ed. à la Carte, 2008 français – arabe
Geerdts et son œuvre, Ed. Infréquentables, 2008, traduction du livre de S. Gnichwitz
Intimités marines, poèmes, Ed. à la Carte, 2009
Palestine – Maroc, poèmes, Ed. Les Infréquentables, Maroc, 2009 français – arabe
Le couguar indigné, poèmes, Ed. à la Carte, 2011
Petroglyphes-Homochiffres, Ed.Infréquentables, 2012, trad du livre de H.W. Geerdts
Le couguar indigné, poèmes traduits en arabe, Ed. Les Infréquentables, Maroc 2012
A ciel ouvert, poèmes, Ed. à la Carte, 2012

Extraits de textes de l’auteur


Les huitres d’Ostende

J’ai beau faire l’inventaire
De ma portion de vie,
Les phares,
Les barrières de coraux,
Les plantations de projets…
Les émotions perdues
D’amours en pépinière,
Dont je me remémore
Le paysage adolescent :
La fraîche beauté
De l’huître d’Ostende
Me fait encore frémir,
Lorsque je la porte à mes lèvres,
Que je l’embrasse délicatement
Pour sentir le jus marin
Couler au fond de ma gorge.

J’ai beau faire l’inventaire
De ma portion de vie,
Les rêves déchus, les rêves élus
Ne se comptent pas
Comme des colis.
Dans mon jardin comptable,
Je relève les bonis
Gagnés au fil des ans,
Mes enfants, ma famille,
Mes fidèles amis.
Extrait de textes de l’auteur

Les citronniers

La porte ouverte sur le verger,
La cuisine servait d’atelier.
Des paniers d’osier regorgeaient
De citrons fraîchement cueillis.

Sa main prenait le fruit bien mûr,
Ôtait les feuilles couleur tilleul,
Caressait une ultime fois
Le zeste, son parfum délicat.

Une fois tranchés en quartiers,
Elle tassait des doigts les morceaux
Dans les bocaux rincés à l’eau,
Glissant du sel entre les couches.

Parfois le jus giclait dans l’œil
Crispant ses paupières irritées.
Quand la conserve était remplie,
Elle couvrait le tout d’huile d’olive.

Sans cesse, elle répétait ces gestes,
Ses yeux fixaient les citronniers.
Elle priait pour que cette saison
Ne soit pas encore la dernière.

Lire plus