Le roman fantastique et de science-fiction à Genève 1816-2016


A quand remonte le roman fantastique ou de science-fiction genevois ? Si l’on écarte les auteurs de Frankenstein et du Vampire, conçus à la Villa Diodati, en 1816, sans aucun doute à Rodolphe Töpffer et aux Aventures du Dr Festus. Mais, dès la fin du XIXesiècle, d’autres noms surgissent comme ceux de Camille Ferrier, d’Albert Trachsel, et, plus tard, ceux de Noëlle Roger et de Charles de l’Andelyn. Au début du XXIe siècle, on se bouscule sur ces espaces littéraires jadis en friche. Les jeunes auteurs font assaut d’inventivité, dans la forme comme dans le fond.
La Société genevoise des Ecrivains est heureuse de publier des nouvelles inédites de Florian Eglin et d’Eric Golay, comme un extrait de la grande saga de Laurence Suhner QuanTika. Trois études sur Camille Ferrier, Noëlle Roger et Charles de l’Andelym complètent le dossier auquel on a ajouté le DVD de Fadri Pinösch F comme Frankenstein, qui boucle le bicentenaire de la créature de Mary Shelley.
Une nouvelle fois, le patrimoine littéraire genevois se découvre d’une richesse insoupçonnée.

Préface, Pierre Strinati

Première partie

Bernard Lescaze,
Pourquoi non ?
A propos de l’imagination prodigieuse de Camille Ferrier

Luc Weibel,
Entre préhistoire et anticipation : Noëlle Roger

René Rieder,
De la Terre à la Lune

Clara Franceschetti,
Polidori et le vampire

Fadri Pinösch,
F comme Frankenstein. Le script 61

Seconde partie : Textes d’auteurs genevois contemporains

Florian Eglin,
L’étrange cas de la statue qui n’était plus là
et de celui qui la cherchait (mollement)

Laurence Suhner,
Vestiges

Eric Golay,
Quatre nouvelles

Extrait de l’ouvrage


Télécharger